Repères: la psychothérapie et le psychothérapeute (Angers, La Bohalle)

Si la psycho-logie est une étude, un discours, la psycho-thérapie est un soin, une pratique. Le terme « psychothérapie » est d’ailleurs né dans le milieu médical à la fin du 19 ème siècle pour désigner une médecine qui soignait l’esprit, et par conséquent le corps, par des moyens non habituels, non médicaux, par exemple par la parole, la suggestion etc. On voit donc bien que la psychanalyse, née à la même période, est une psychothérapie.

Une psychothérapeute est donc une personne qui soigne la psyché, c’est-à-dire l’âme humaine, par des moyens non médicaux au sens strict. D’ailleurs aujourd’hui beaucoup de personnes qui pratiquent la psychothérapie ne sont pas médecins, elles peuvent venir d’horizons professionnels très différents.

Quelle que soit leur formation de base, les psychothérapeutes ont ensuite suivi une formation spécifique dans une école et obtenu une certification. Il existe beaucoup d’écoles et d’approches différentes et chacun a pu entendre parler de la PNL, de l’Analyse Transactionnelle, etc.

Dans mon cas, ma formation de base est la littérature, la linguistique et la pédagogie.
Mon école de formation à la relation d’aide et la psychothérapie est Le Groupe d’Etude Carl Rogers, son approche est l’ACP (Approche Centrée sur la Personne).
Cette formation a été enrichie et continue de l’être par d’autres formations à la psychothérapie.

J’exerce officiellement l’activité de psychopraticienne, tout en pratiquant la psychothérapie, subtilité respectueuse de la nouvelle réglementation qui réserve en priorité le titre de « psychothérapeute » aux psychiatres, qu’ils aient eu ou non une formation spécifique à la psychothérapie.               En effet, depuis la nouvelle loi (août 2009, décret mai 2010), « psychothérapeute » ne désigne plus seulement une fonction, une profession, c’est un titre protégé. Pour ceux et celles qui pratiquent la psychothérapie sans pouvoir prétendre au titre de psychothérapeute, tous les syndicats représentatifs de la profession se sont mis d’accord sur cette nouvelle appellation de « psychopraticien.ne ».