Carl G. Jung à Angers, La Bohalle

Carl G. Jung – Psychologie des profondeurs – Un Inconscient créatif

Carl Gustav Jung est un psychiatre et psychanalyste suisse (1875-1961).
Forte personnalité au physique de bûcheron, il incarne parfaitement la figure du vieux sage à la fin de sa vie. Excellent psychiatre aux dires de ses patients, ses questionnements professionnels, sa curiosité intellectuelle et sa propre quête intérieure l’ont conduit à s’intéresser à tous les aspects de l’expérience et du savoir humains :

    • la parapsychologie, les hasards signifiants, le yi king, l’astrologie…
    • l’ethnologie (cultures, mythologies, symboles…) nourrie par ses propres voyages
    • l’alchimie, chinoise et occidentale, qui l’a aidé à comprendre certains processus psychiques
    • les spiritualités orientales autant que la tradition chrétienne
    • la physique quantique: ses échanges avec le Prix Nobel Wolfgang Pauli lui ont permis de penser le phénomène de synchronicité

Tout a servi son œuvre et sa vie.                                                                       Cet esprit original et rigoureux a été amené à réhabiliter la fonction spirituelle comme garante d’un fonctionnement naturel et sain de la psyché. Comme Freud, Jung reconnaît l’importance des rêves, du transfert et de la libido mais à laquelle il donne le sens plus large d’énergie vitale, dont l’énergie sexuelle n’est qu’une des expressions.

Contrairement au père fondateur Freud, Jung considère l’Inconscient comme une source infinie d’informations et de sagesse, et plus seulement comme des contenus effrayants ou honteux. En cela sa psychanalyse est plus « positive » que celle de Freud, même s’il n’a jamais nié la dimension tragique et la question du mal.

C’est une thérapie de contact et de dialogue avec soi-même, entre Conscient et Inconscient, pour une vie plus équilibrée, plus harmonieuse.

 Sa thérapie encourage la créativité pour donner forme à ce qui émerge de cet immense potentiel qu’est l’Inconscient. Jung lui-même a beaucoup dessiné, peint ses rêves, travaillé la pierre pour accompagner son propre processus. Il a expérimenté la puissance thérapeutique de la forme, notamment celle du mandala.

Pour favoriser le dialogue entre le Moi et d’autres parties de soi qu’il a repérées et théorisées, il en a fait de véritables personnages: le Moi, la Persona, l’Ombre, l’Animus, l’Anima, le Soi.                                                     C’est une thérapie habitée, concrète, où les concepts sont devenus des interlocuteurs.

Le but est de vivre en bonne intelligence avec soi-même, dans son entièreté, de se pacifier, s’unifier… tout en s’ouvrant peu à peu à plus grand que le Moi: le Soi. La thérapeute vous accompagne dans ce processus, notamment dans la confrontation avec l’Ombre. Jung l’a nommé le travail d’individuation.

Si vous souhaitez aller plus loin de manière agréable avec Jung, vous pouvez lire ou relire les ouvrages de Guy Corneau, ou ceux de la conteuse et psychanalyste Clarissa Pinkolà Estés, notamment son ouvrage Femmes qui courent avec les loups.

sunset-1021073_1280